IESCHOUA

Pistes de réflexions Accueil | Nous contacter

Accueil
Haut
Mission
Vie de Jesus
Parcours
Evangile St Luc
Evangile St Matthieu
Evangile St Jean
Evangile St Marc
Croisiere
Nourriture du coeur
Forum  Prieres
Témoignages
Chants
Prieres & Reflections
La passion
Suggestions
Liens
Forum discusions

Pistes de réflexions

Le discours apostolique :

La mission des disciples (Mat : 10)

A qui s’adresse le message du Christ?

Il s’adresse à tous les chrétiens, en particulier à nous aujourd’hui. Ces douze représentent le nouvel Israël, (NOUS). Ils représentent notre communauté, formée des êtres différents.

C’est quoi notre mission?

 La mission que Jésus nous assigne est à l'image de celle qu'il a lui-même accomplie. Nous proclamons le même message que lui : « Le règne des Cieux est proche» (10,7). Jésus se charge de nos infirmités et de nos maux» (Is 53,4).

·                    Guérir des malades ne signifie pas nécessairement leur rendre la santé physique ; notre présence auprès d'eux doit leur apporter aide et réconfort, afin qu'ils puissent accepter leurs maladies et, à travers elles, s'ouvrir à Dieu.

·                    Beaucoup de gens, aujourd'hui encore, sont morts intérieurement. Chrétiens, nous avons la mission de les ressusciter : de faire que la vie afflue de nouveau en eux, qu'ils reprennent conscience d'eux-mêmes, de leur âme.

·                    Purifier les lépreux, cela revient à dire : Tu es le bienvenu, sans conditions, tel que tu es ;

·                    Expulser les démons, c'est libérer les êtres de tout ce qui trouble leur image qui est à l’image de Dieu.

Comment devrons-nous accomplir cette mission?

·                    La Parole de Dieu n'est pas une possession que nous pourrions transmettre ; nous sommes des pèlerins en route, en quête de Dieu, et c'est seulement ainsi que nous pouvons communiquer aux autres ce que nous recevons de lui.

·                    Ce qui compte, ce n'est pas notre bagage d'aptitudes, c'est la transparence que nous offrons à l'Esprit de Dieu.

·                    Il nous demande de montrer ce chemin de paix à ceux qui sont déchirés, en conflit avec eux-mêmes et avec leur entourage. Et si certains refusent cette paix, ne nous cassons pas la tête et ne cherchons pas toute la faute en nous-mêmes. Nous ne nous en irons donc pas déçus, mais en paix avec nous-mêmes. Nous laissons aux êtres leur liberté, et nous acceptons qu'il y ait des limites à la réception de notre message.

 

Quelle attitude prendre?

·                    Nous sommes des brebis parmi les loups, livrés sans défense à la violence. Jésus ne nous abandonne pas. Nous devons  vivre dans la pureté du cœur comme une colombe, sans calculer et sans être troublés par les agressions.

·                    Jésus nous conseille tout autant la «prudence» du serpent (un symbole de la sagesse de la nature). Celui qui vit en accord avec lui-même n'est pas contraint à se défendre contre toutes les agressions ; il s'y soustrait, comme le serpent.

·                    Je peux vivre parmi les loups sans être dévoré. Les chrétiens ne doivent pas craindre les hommes, «car rien de ce qui est couvert ne restera secret et rien de ce qui est caché ne demeurera inconnu» (10,26). Si je n'ai pas peur des pensées et des affects cachés de mon cœur, les autres ne peuvent pas m'effrayer quand ils cherchent à espionner mes secrets. Dieu, qui me connaît avec tous les abîmes de mon âme, est le vrai remède contre la crainte. «N'ayez pas peur des assassins du corps : ils ne peuvent assassiner la vie» (10,28). On ne peut me blesser qu'extérieurement, dans mon corps, dans mes émotions, mais on ne peut rien contre mon âme parce que Dieu y réside. Ma personnalité est dans la main de Dieu.

La paix dans le Christ

La parole de Jésus annonçant qu'il n'est pas venu pour apporter la paix, mais « le poignard» (10,34.35). Le poignard n'est pas ici le symbole de la violence, mais celui de la division. La Parole de Dieu n'est pas de celles que l'on peut écouter et apprécier sans être engagé. Elle veut, par notre intermédiaire, pénétrer dans le cœur des hommes et y provoquer la distinction entre les pensées salutaires et les pensées nocives. La proclamation de la Parole doit appeler ceux qui l'écoutent à se décider pour Dieu et à prendre de la distance vis-à-vis de tout ce qui va contre lui.

Notre croix

 Prendre sa croix (10,38) signifie qu’on doit accepter la souffrance qui lui advient. Cette parole de Jésus signifie que, si je m'engage sur le chemin de Jésus, j'y rencontrerai ma croix. Ce peut être la souffrance qui me frappe, mais aussi ce que je n'ai pas choisi et qui se met en travers de mes projets. La croix est la voie qui mène au mystère de Dieu et à son amour. Si je l'accepte et me réconcilie avec elle, elle me conduira vers Dieu. Elle brise l'image idéale que j'avais fabriquée de moi-même, et elle m'ouvre à Dieu. Je n'ai pas à choisir mon chemin, c'est Dieu lui-même qui m'y envoie; j'y rencontrerai sans cesse ma croix, précisément là où je ne m'y attendais pas. Si je la prends sur moi, elle me donnera accès, comme à Jésus, à l'amour inconditionnel de Dieu, qui me relèvera et m'appellera à une vie renouvelée au moment où je suis à terre.

C'est à travers notre comportement que Jésus est visible dans le monde. L'Église a part aux souffrances de Jésus. Nous sommes l’église, une communauté fraternelle où nous sommes les disciples d'un seul Maître, Jésus, et de son enseignement.


Pour nous contacter :

E-Mail : luc@ieschoua.org

Modifié le  14-02-2012.