IESCHOUA

LA SOUFFRANCE ET LA DOULEUR Accueil | Nous contacter

Accueil
Haut
Mission
Vie de Jesus
Parcours
Meditations-GRUN
Evangile St Luc
Evangile St Matthieu
Evangile St Jean
Evangile St Marc
Croisiere
Forum  Prieres
Témoignages
Chants
Prieres & Reflections
La passion
Suggestions
Liens
Forum discusions

LA SOUFFRANCE ET LA DOULEUR

par Marta Contrel

 

La douleur, la souffrance et la mort sont des réalités inévitables et font partie du côté obscur de notre vie. La souffrance n’est donc pas un accident, c’est la conséquence de notre imperfection, de notre condition humaine. Il n’y a pas de moyen de passer à côté, on peut seulement lui trouver un sens et apprendre à la confronter.

 

Il y a une différence entre douleur et souffrance. La douleur peut, dans la plupart de cas, être atténuée par les professionnels de la santé. Ce n’est pas le cas de la souffrance parce qu’elle n’est pas toujours accompagnée de douleur et elle n’est pas non plus la conséquence d’une maladie. La souffrance nous accompagne tout au long de notre vie et lorsqu’elle  est inévitable, nos devons essayer de lui trouver une raison d’être.

 

Dans le plan divin la souffrance et la douleur ne sont pas présentes, Dieu veut notre bonheur.  Il nous a créés libres et avec des limites et c’est dans cette limitation et cette liberté qui se trouve l’origine de la souffrance. Lorsqu’il fait l’homme libre il laisse place à l’incertitude, tout est possible en lui, le bien et le mal. La preuve est que nous avons vu un Saint-François d’Assis et un Hitler; un Jean l’évangéliste et un Staline; un Gandhi et un Papa-Doc.

 

Les évangiles nous proclament souvent la miséricorde du Maître qui était très à l’écoute des souffrants mais ce maître fut torturé et mis à mort, alors, doit-on souffrir comme lui pour mériter la vie éternelle ? Ce qui a conduit Jésus à la mort  ce fut l’obéissance à son Père et l’amour qu’il a pour nous. Sa croix est le prix de  sa fidélité et de son amour et le message qu’il nous a transmis  c’est que l’obéissance fidèle à Dieu et l’amour sont  les principes le plus importants et que pour défendre ces principes ça vaut la peine de vivre, lutter, souffrir et mourir si nécessaire. En d’autres mots : souffrance par amour et non amour par souffrance.

 

Il ne faut donc pas souhaiter la souffrance puisque cela est contraire à la  nature humaine mais si elle est inévitable dans nos vies, nous devons apprendre à  l’accepter comme participation à la croix de Jésus. La souffrance n’est pas une bénédiction en soi, la croix est une bénédiction parce qu’elle libère  du péché et de la mort .Toute souffrance peut donner des résultats différents selon la personne qui la subi : elle peut être édifiante ou destructrice puisqu’elle arrache les masques et permet de pénétrer dans les coins les plus profonds de l’être humain pour montrer notre vraie nature.

 

L’écrivain espagnol Miguel d’Unamuno disait : «Même si nous sommes convaincus d’avoir un cœur, un estomac et de poumons, nous ne sommes pas tout à fait conscients de leur existence que lorsqu’ils nous font mal. C’est la même chose avec la douleur spirituelle, nous savons que nous avons une âme lorsqu’elle nous fait mal».

 

Marta Contrel

12 avril 2012


Pour nous contacter :

E-Mail : luc@ieschoua.org

Modifié le  14-02-2012.