IESCHOUA

Guérison main désséchée Accueil | Nous contacter

Accueil
Haut
Mission
Vie de Jesus
Parcours
Meditations-GRUN
Evangile St Luc
Evangile St Matthieu
Evangile St Jean
Evangile St Marc
Croisiere
Forum  Prieres
Témoignages
Chants
Prieres & Reflections
La passion
Suggestions
Liens
Forum discusions

MÉDITATIONS GRUN

Marc 3, 1-6

La guérison de l’homme à la main sèche

«Le miracle de l’indignation»

 

C’était un jour de sabbat et Jésus est allé enseigner, ce que pouvait faire tout juif adulte, avec l’approbation du chef de la synagogue. Dieu a institué le sabbat pour qu’il soit une bénédiction pour l’homme et au service de l’homme. Il devait lui procurer du repos physique et du temps pour prendre soin de son âme. Les pharisiens avaient oublié ce principe et demandaient à que le sabbat soit observé coute que coute, de façon très scrupuleuse, sans tenir compte de la situation particulière dans laquelle se trouve la personne.

 

Le sabbat fait partie de l’histoire du salut mais Jésus vient enseigner que lorsqu’il s’agit de secourir ou de faire du bien, on a le droit d’oublier le sabbat sans pour autant le contester. Lorsque Jésus opère une guérison le jour du sabbat il le fait non pas pour rompre avec la loi de Moise et les prophètes mais pour rompre avec la doctrine des scribes et pharisiens  et leur caricature de religion

 

Il se fait observer, on cherche un motif pour l’accuser.

 

Dans la foule il y avait  un homme humble et insignifiant qui avait sa  main droite  paralysée. Il ne demande rien mais Jésus lui demande de se lever et se placer au milieu afin que tous voient sa main malade.. Les pharisiens lui avaient demandé si on pouvait guérir le jour du sabbat. Il répond par une autre question : Peut-on faire du bien ou faire du mal ou sauver ou tuer une personne le jour du sabbat ? Mais ils gardent silence.

 

Il est attristé  par  leur endurcissement  et en colère face à  l’attitude de ces hommes de Dieu qui font  profession d’aimer et servir le Seigneur.. Il réalise donc un miracle «dans l’indignation», avec colère et tristesse. Il ne touche pas le malade, il lui demande de tendre sa main afin que tous soient témoin de la guérison. Il ne prononce même pas une parole de guérison, la main fut guérie par sa simple volonté.

 

Alors il arrive l’hostilité des pharisiens et le complot avec leur ennemis politiques les hérodiens afin de liquider Jésus.  Guérir le jour du sabbat est un crime mais comploter un assassinat est un acte parfaitement légal à ses yeux. La dureté de leurs cœurs les a rendus aveugles.

 

Le regard du Christ se pose sur tous ces «chrétiens» qu’au nom d’un christianisme séché, font des actes d’intolérance avec la meilleure conscience du monde et le sentiment du devoir accompli.

 

Il faut donc se poser la question : Dieu nous a-t-il donné sa loi, sa parole, sa foi pour libérer ou pour écraser ? pour agir ou pour rester immobiles ? Pour bouger ou pour nous dessécher ?

 

Marta Contrel

Le 27 mars 2008

 


Pour nous contacter :

E-Mail : luc@ieschoua.org

Modifié le  14-02-2012.