IESCHOUA

Le notre Père Accueil | Nous contacter

Accueil
Haut
Mission
Vie de Jesus
Parcours
Meditations-GRUN
Evangile St Luc
Evangile St Matthieu
Evangile St Jean
Evangile St Marc
Croisiere
Forum  Prieres
Témoignages
Chants
Prieres & Reflections
La passion
Suggestions
Liens
Forum discusions

Méditations sur la Parole de Dieu

Le Notre Père

Mathieu 5,6,7

    Anselm Grün nous dit que la prière du Notre Père, tel qu’interprétée par Mathieu , est une sorte de poème didactique sur les trois formes de piété que les juifs pratiquaient déjà : l’aumône, la prière et le jeune. Les juifs invoquaient Dieu avec de grands noms, de grands titres honorables. Ils parlaient du Ciel pour désigner Dieu,  ils n’osaient pas le nommer par respect. C’est la raison pour laquelle on mentionne le Reine des Cieux  pour désigner le Reine de Dieu. Jésus vient les  inviter à entrer dans une relation familiale avec Dieu en l’appelant Père. À l’époque de Jésus, un Père évoquait l’image de l’attention, de l’amour, la responsabilité, la discipline, l’espoir, l’autorité et les bénédictions. Derrière le mot Père se trouve l’expression Abba qui est le terme familier pour un Père, un peut comme si on disait Papi.

    Jésus  nous dit  que l’aumône, la prière et le jeune   n’ont du sens que s’ils viennent du cœur et ne sont pas destinés à attirer les louanges des hommes … Quant nous  donnons, il faut faire en sorte  que notre main gauche ignore ce qui fait la main droite. Quand nous prions, nous devons nous retirer dans notre chambre et fermer la porte pour permettre à Dieu de voir la part secrète de notre cœur. Quand nous jeûnons, nous devons nous parfumer, nous rendre joyeux devant les autres et devenir attentifs  à ce que nous consommons afin d’être  reconnaissants des dons  de Dieu..

    Jour après jour Jésus priait, Il n’était jamais trop occupé pour prier. Les disciples le suivaient et le regardaient prier, ils savaient comment  prier et le faisaient  comme les juifs de l’époque, c’est à dire en  commun dans les synagogues et à certains moments du jour. Cependant,  ils avaient appris à côté de Jésus une nouvelle façon de vivre et sentaient le besoin de s’adresser à Dieu d’une autre manière.  Ils avaient beaucoup de puissance, ils avaient fait des miracles, ils avaient chassé des démons mais ils savaient qu’ils ne pouvaient pas accomplir grand chose sans la prière. Alors, ils demandent à Jésus de les montrer comment prier. Jésus  a donc remis  à ses disciples le Notre Père  comme l’exemple de la prière parfaite.  Il leur dit : …Quand vous priez  dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne… (Jésus nous montre  pour la première fois qu’on peut parler à Dieu comme à un Père) …Donne-nous notre pain quotidien… (Il nous donne l’exemple qu’il faut non seulement prier pour les autres mais pour nos besoins aussi, celui qui demande au Père non son pain mais notre pain il est en train de travailler pour promouvoir la justice dans le monde) …Pardonne-nous nos pêchés car nous aussi nous pardonnons à quiconque nous offense..    (Il sait que notre rapport avec Dieu sera affecté par le pêché. Il nous parle du  besoin d’un pardon continu et il  ajoute un point important :  notre propre façon de pardonner aux autres. On ne doit pas que recevoir le pardon mais bien l’offrir. Si on refuse de pardonner les autres, cela affecte notre relation avec Dieu et le prochain.  Lorsque nous pardonnons à celui qui nous demande pardon, nous nous libérons à nous-mêmes d’une rancœur qui nous empoisonne. Dans la vie moderne où l’accent est donné à l’indépendance et l’autosuffisance, nous maintenons le prochain à distance ce qui  rend difficile la compréhension de  la miséricorde de Dieu et du pardon).

    Jésus nous invite donc à prier avec persévérance, sans découragements comme si nous étions en train de fatiguer à Dieu. S’Il ne nous accorde toujours pas ce qu’e nous  demandons ou de la façon demandée,  Il va nous donner cependant l’Esprit Saint, c’est à dire une vision plus claire de sa volonté et le courage pour l’accomplir. S’Il n’ouvre pas tout de suite la porte frappée, ce n’est pas parce qu’il aime nous faire attendre. Si nous devons persévérer dans la prière, ce n’est pas parce qu’il faut un nombre précis de prières mais bien pour arriver à une certaine qualité de prière. Saint Paul dit que la prière est le «gémissement de l’Esprit Saint en nous» La répétition est nécessaire afin que ce gémissement trouve son chemin dans notre cœur de la même façon qu’une goutte d’eau qui persiste arrive à  faire un chemin même sur les pierres les plus dures. En répétant avec persévérance le Notre Père nous pouvons nous attendre qu’un jour nous réussirons à le prier comme Dieu le souhaite. Tant que nous ne sommes  pas arrivés à ce stade, le courant ne pourra pas circuler entre le Père et nous. L’homme se fatigue de la prière mais s’il n’abandonne pas il peut obtenir beaucoup plus de ce qu’il demande.

    Et la dévotion aux Saints?

    Il faut admettre que la dévotion aux  Saints peut prendre un chemin équivoque surtout si nous ne cherchons pas la miséricorde de Dieu mais bien l’obtention d’une faveur, c’est comme trouver un distributeur automatique de bénéfices. L’Église est une famille. De la même façon que nous demandons à nos amis de prier pour nous, de la même façon nous pouvons nous adresser  à nos frères les Saints et il est tout à fait louable d’avoir confiance en leur intercession.  Mais il ne faut pas confondre cette intercession avec la supplique  persévérante qui nous fait entrer en contact avec Dieu.  La Vierge Marie peut également nous accompagner dans notre prière car Dieu l’a fait Notre Mère et l’a rempli de miséricorde.

    Le Bienheureux Frère André écrivait :

Quand vous dites tout bas le Notre Père,

Dieu a l’oreille collée sur votre bouche

Marta Contrel

10 mars 2005


Pour nous contacter :

E-Mail : luc@ieschoua.org

Modifié le  14-02-2012.