IESCHOUA

Réflexions VI Accueil | Nous contacter

Accueil
Haut
Mission
Vie de Jesus
Parcours
Evangile St Luc
Evangile St Matthieu
Evangile St Jean
Evangile St Marc
Croisiere
Nourriture du coeur
Forum  Prieres
Témoignages
Chants
Prieres & Reflections
La passion
Suggestions
Liens
Forum discusions

 

Pistes de réflexions : Le mystère du Christ en nous
(Philippiens 3,7-10)

  • Comment je connais le Christ, d'un savoir intellectuel, ou d'une compréhension intérieure ?

 Si j'ai compris qui est le Christ, si j'ai découvert l'amour dont il m'a révélé l'immensité par la croix, tout le reste ne m'apparaîtra plus que rebut. Pour celui qui aime le Christ, tout le reste perd toute importance. Quand, je rencontre le Christ, cela jette une lumière totalement nouvelle sur ma vie quotidienne. Je vois mes problèmes de manière inattendue. Par comparaison avec ma découverte du Christ, ils me semblent futiles, mesquins.

  • Comment  vivre en lui ?

 Vivre dans le Christ est plus que penser sans cesse à lui, plus que l'imiter et obéir à ses commandements. Nous ne sommes pas seulement disciples du Christ, mais nous existons en lui. Nous ne sommes pas seulement en communion avec lui, mais nous ne formons plus qu'un tout avec lui. Cet être-en-Christ me confère la liberté en me soustrayant à tous les critères de valeur de ce monde, ceux que J'ai moi-même souvent adoptés. Il me remplit de son Esprit, de sa miséricorde, de son amour. Il me donne part à sa résurrection. Il me fait remonter avec lui du tombeau de la résignation ou de la complaisance en moi-même. Il me conduit à m'opposer à tout ce qui entrave ma vie, à me redresser en faveur de la vie.

  • Mais cela signifie aussi que, en lui, Je prends part à sa passion.

 Dans mon combat pour la vie et pour la liberté, j'aurai à subir des blessures. Mais celles-ci ne peuvent plus être mortelles. Elles pointent vers la résurrection, but ultime de ma vie. Après une chute, je ne reste pas par terre, lorsque, après un échec, je ne renonce pas, mais continue à aller de l'avant, confiant dans le Christ, qui me prend par la main et me remet debout. La mort n'est pas la fin. C'est le début d'une vie nouvelle, d'une liberté nouvelle, d'un amour nouveau qui vient accomplir mon aspiration à l'amour.

La miséricorde de Jésus distille en moi une paix profonde. Et vous pourrez dire avec saint Paul : «J'oublie ce qui est derrière moi et je me tourne entièrement vers l'avant, vers Jésus-Christ qui entend me conformer totalement à lui, à l'image du Dieu invisible qui devient visible en moi. »


Pour nous contacter :

E-Mail : luc@ieschoua.org

Modifié le  14-02-2012.