IESCHOUA

Pistes Accueil | Nous contacter

Accueil
Haut
Mission
Vie de Jesus
Parcours
Evangile St Luc
Evangile St Matthieu
Evangile St Jean
Evangile St Marc
Croisiere
Nourriture du coeur
Forum  Prieres
Témoignages
Chants
Prieres & Reflections
La passion
Suggestions
Liens
Forum discusions

Comment hériter la vie éternelle ? « Viens, et suis-moi. »

par Samuel SAHAGIAN

Étrange question ! Pourquoi le jeune homme riche la pose-t-il à Jésus ? Il est sans doute à la fois conscient des efforts sincères qu’il fait pour obéir aux commandements de Dieu, pour être en règle vis-à-vis de la Loi mais, en même temps, inquiet de constater secrètement son échec. Et cette question exprime peut-être, aussi, son dépit, son agacement. Il se trouve devant le vide de son existence, devant le mur de sa médiocrité. Il voudrait avoir une vie autre, il voudrait « hériter la vie éternelle ». Il a pourtant déjà observé tous les commandements que cite Jésus : « Tu ne tueras pas, tu ne commettras point d’adultère, tu ne déroberas pas, tu ne diras point de faux témoignage. Honore ton père et ta mère. »

Voilà certes un homme dont nous ne rougirions pas d’être l’ami. Un homme apparemment équilibré, sans problèmes. Et, ce qui ne peut qu’arranger les choses, possédant une fortune confortable. Mais il n’est pas rassuré. Il n’est pas heureux. Nous aussi, nous sommes riches, dans les deux sens du mot : richesse matérielle, richesse morale. Richesse morale due à notre éducation familiale et religieuse, à notre discipline de vie, à l’austérité simple et au sérieux de notre style de vie. Richesse matérielle aussi, en tout cas si nous nous comparons à la misère dans laquelle vivent aujourd’hui les deux tiers des hommes dans notre monde. Or ce jeune homme n’était pas heureux, alors que toutes les conditions étaient réunies, semble-t-il, pour qu’il le soit. Quelque chose le tourmentait toujours. « Jésus l’ayant regardé l’aima ; puis il lui dit : “Il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens et suis-moi”. »

Ce qui manquait à ce jeune homme, et ce qui nous manque aujourd’hui, à nous, à nos Églises, à nos frères chrétiens de par le monde, c’est peut-être une certaine démesure, une certaine folie. La croix du Christ n’est-elle pas en effet une folie ? L’amour aussi est une folie. Du moins cet amour par lequel Jésus nous appelle à aimer les pauvres, « les plus petits de mes frères », comme il disait. L’homme riche n’a pas vendu ses biens, il ne s’est pas joint aux disciples. Jésus alors dit ces paroles si exigeantes et si dures sur la richesse : « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » L’homme riche est parti plus triste encore qu’à son arrivée.

Cette histoire est notre histoire d’hommes riches, riches d’argent, riches de morale ou de religion. Cette histoire est mon histoire. Ces richesses qui se dressent comme des obstacles dans ma vie contre l’évangile de la grâce et de l’amour, il faut m’en dépouiller, me dit Jésus. Jésus nous propose en effet un autre bonheur que celui du règne de l’argent qui attriste les démunis, mais plus encore, semble-t-il, les possédants qui ne savent pas partager. Renonce à cet esclavage, partage tes richesses, puis viens et suis-moi, me dit aujourd’hui Jésus, à moi aussi. Comme cela est difficile !

« Qui peut donc être sauvé ? », demandent les disciples interloqués à Jésus, qui leur répond : « Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu, car tout est possible à Dieu. » C’est ce « possible » de Dieu qui m’est proposé aujourd’hui, ce pari d’un bonheur dans le don de ma vie, dans la confiance que je ferai à Celui qui m’a donné lui-même sa vie et son amour, dans ma réponse confiante et totale à cet appel de Jésus crucifié et ressuscité : « Viens, et suis-moi. »

CE QUE CE TEXTE NOUS DIT...
 

1°) Cet enseignement de Jésus porte sur les richesses et le Règne de Dieu, et se déroule en trois temps :
- d'abord, au cours d'un dialogue avec quelqu'un qui s'est précipité pour l'interroger,
- ensuite, dans un commentaire qu'il propose en particulier à ses disciples après cette rencontre,
- enfin, en réponse à une remarque de Pierre à propos de ceux qui ont tout quitté pour le suivre.

2°) Le message central de Jésus à travers toute cette page semble bien être le suivant : la possession des richesses constitue un véritable, et quasi insurmontable, obstacle pour qui veut suivre Jésus et recevoir la vie éternelle qu'il nous offre en partage.

On ne peut être sauvé que par Dieu seul, à qui tout est possible pour celui qui lui fait totale confiance. L'abandon des biens en faveur des pauvres, que demande Jésus à son interlocuteur qui en possède beaucoup, n'est qu'une condition préalable pour l'essentiel, qui est de suivre Jésus, seul chemin définitif vers Dieu. En effet, donner toutes ses richesses aux pauvres ne saurait suffire à nous assurer le salut que Dieu nous donne en pure gratuité, et non pas comme une récompense de nos bonnes œuvres.
Suivre Jésus comme un disciple nous apporte infiniment plus que tout ce que nous aurions pu quitter pour l'accompagner sur sa route, car c'est le Règne de Dieu transfigurant notre existence qui nous est proposé.

3°) Devenir disciple de Jésus, c'est accepter d'aller au-delà de nos propres projets, même les plus spirituels, pour nous laisser conduire par lui inconditionnellement selon son exigence de vérité et de miséricorde. La bonne volonté, pleine de générosité, de l'homme qui s'adresse à Jésus et le reconnaît comme "Maître" ne suffit pas, même si Jésus apprécie cette bonne volonté initiale et se fonde en quelque sorte sur elle pour inviter à un nouveau dépassement, un saut de confiance dans l'inconnu, un renoncement radical, une démarche d'une autre qualité, car il s'agit de vivre à partir de Dieu et pour Dieu.

EN RESUME, JESUS PLACE ON NE PEUT CLAIREMENT DEVANT NOUS LES ENJEUX DU ROYAUME, DONT IL EST LE REVELATEUR UNIQUE DE LA BONNE NOUVELLE POUR SES DISCIPLES ET TOUS LES HOMMES.


Pour nous contacter :

E-Mail : luc@ieschoua.org

Modifié le  14-02-2012.