IESCHOUA

Pistes de réflexions sur le dernier discours public de Jésus Accueil | Nous contacter

Accueil
Haut
Mission
Vie de Jesus
Parcours
Evangile St Luc
Evangile St Matthieu
Evangile St Jean
Evangile St Marc
Croisiere
Nourriture du coeur
Forum  Prieres
Témoignages
Chants
Prieres & Reflections
La passion
Suggestions
Liens
Forum discusions

Pistes de réflexions sur le dernier discours public de Jésus : l'annonce de sa glorification par sa mort. Jean (12,20-36) tiré du texte d’Anselm Grün

Que Décrit Jésus dans ce dernier discours ?

Jésus résume son passage sur terre : «L'heure est venue où le Fils de l'homme doit resplendir» (12,23). Dans tout l'Évangile, revient sans cesse l'évocation de l'heure qui n'est pas encore venue, cette heure où doit s'accomplir tout ce que Dieu voulait révéler aux hommes à travers son Fils ; c'est celle de la mort, c'est pour le monde entier que meurt Jésus. La gloire de Dieu, la glorification : l'éclat de sa lumière, deviendra visible dans le monde.

La gloire de Jésus apparaît précisément sur la croix, visible par tous ; le véritable tournant et le point culminant de la Révélation, c'est la croix. Pendant  la vie de Jésus, seuls ont vu sa gloire ceux qui ont été ses témoins directs et qui ont cru en lui ; sur la croix, où Jésus est élevé au-dessus de la terre, aux yeux de tous, sa gloire apparaît au monde entier. C'est dans la Passion, dans sa mort que tout être contemplera la lumière, la gloire et l'amour de Dieu.

Comment Jésus décrit ce mystère ?

Jésus nous parle de la réussite de la vie et  du mystère de l'Incarnation. Il reprend l’image du grain de blé : «... le grain de blé tombé en terre, s'il ne meurt pas reste tout seul mais s'il meurt, il donne beaucoup d'épis » (12,24). Ainsi Jésus explique-t-il l'effet de sa mort en croix : elle libère de grandes forces qui transforment le monde, les forces de l'amour, qui éveillent une conscience nouvelle et prennent racine dans les âmes de nombreux hommes. Par sa mort, Jésus devient accessible à nous tous, nous avons accès à ses fruits. Cette image décrit également le chemin qui nous mène à notre humanité : nous ne pouvons y accéder que si nous sommes prêts à mourir, à nous déprendre de nous-mêmes. Notre vie ne devient féconde que si nous cessons de nous y cramponner. Jésus a dit «Qui aime sa vie la perdra mais qui ne l'aime pas en ce monde-ci la garde pour la vie à venir» (12,25).

À cette question essentielle : «comment réussir sa vie ? » Jésus répond par des images : pour que l'être humain accède à sa véritable nature, à son Soi, il faut que meure son ego. Tant qu'il n'a pas l'illumination, il prend le monde des apparences pour la réalité ; pour pouvoir contempler la gloire de Dieu, il lui faut mourir, cesser de graviter autour de lui-même.

La prière  de Jésus :

 « Ma gorge se serre à présent. Que dire ? Père, sauve-moi de cette heure?» (12,27). À l'approche de la mort Jésus est bouleversé, il connaît soudain le désarroi, l'angoisse, mais il ne prie pas Dieu de l'y soustraire ; au contraire il le prie de glorifier le nom du Père. Tout est dans la main bienfaisante de Dieu, même ce qui en semble le plus éloigné. Si Jésus en cet instant prie Dieu de glorifier le nom du Père, il prie finalement pour que dans cette situation si éprouvante pour un homme, ce ne soit pas l'angoisse et la faiblesse humaines qui l'emportent, mais la puissance et l'amour de Dieu. Dieu illumine ce monde. Jésus est glorifié précisément sur la croix ; tout proclame la présence de Dieu, tout est plein de sa lumière.

Le Père conforte alors Jésus :

«Alors, du ciel, une voix est venue : II resplendit déjà et je le ferai encore resplendir» (12,28). À travers les sept «signes» il a manifesté sa gloire en Jésus ; il ne va pas maintenant l'abandonner, au moment du dernier signe, la mort sur la croix.

Jésus parle de la fin de sa mission et de la raison de sa mort

Sa mort porte jugement sur ce monde : «... dès à présent le Prince de ce monde est expulsé » (12,31). L'heure de Jésus est critique pour nous, c'est celle du jugement. Quand l'amour se manifeste aussi clairement que dans la mort de Jésus, toutes les puissances de ce monde sont désarmées : l'argent, le sexe, la course au pouvoir et au prestige; surgit un autre monde, où les hommes sont chez eux et peuvent vivre ensemble une vie vraiment humaine.

Jésus donne une deuxième réponse à la question du sens de sa mort:

«Quand j'aurai été hissé, je tirerai tous les hommes jusqu'à moi » (12,32). L'arbre de la croix est dressé et Jésus crucifié est exhaussé ; à cette élévation extérieure correspond un sens intérieur. Hissé sur la croix, Jésus l'est au-dessus du monde entier, transporté dans la sphère de la puissance divine ; ce qui se passe dans l'élévation apparente sur la croix, c'est une élévation céleste : Jésus est instauré en maître de la terre et du ciel, désormais il siège à la droite du Père et intercède pour nous. Cette élévation est aussi une image de notre existence de chrétiens : nous aussi, la croix nous arrache aux puissances de ce monde, elle nous hisse en Dieu, nous transporte dans la sphère de la lumière divine.

Du haut de la croix Jésus tirera tous les humains à lui. Le geste visible des bras étendus cloués sur la croix est un geste d'amour : ces bras ouverts sont une invitation adressée à tous. « Je tirerai tous les hommes à moi » fait écho au thème du rassemblement de tous les peuples. Sur la croix, Jésus rassemble les brebis du monde entier.

La troisième réponse de Jésus sur la raison de sa mort :

« La lumière est avec vous pour peu de temps encore. Marchez tant que vous avez la lumière afin que la nuit ne s'empare pas de vous. Celui qui marche dans le noir ne sait pas où il va. Tant que vous avez la lumière, faites confiance à la lumière, et devenez ses enfants » (12,35-36). Jésus est la lumière qui vient en ce monde, sa mort en croix nous invite à nous laisser illuminer et à marcher désormais dans la clarté ; car dans les ténèbres nous sommes désorientés, errant au hasard dans ce monde. Jésus est mort pour faire de nous des enfants de la lumière.


Pour nous contacter :

E-Mail : luc@ieschoua.org

Modifié le  14-02-2012.